L'occitanie en bouteille

Mets du soleil dans ton verre !
Gîte Clos de la Colombe
Hérault Vin

Quatre villages, un dolmen et des colombes et des anges

Il est parfois bon de savoir se reposer et de simplement profiter de la vie comme elle se présente. Et quand le destin y met du sien, c’est encore mieux ! En 2018 lors de notre participation au VinCoeurs, nous avions eu la chance de remporter un magnifique cadeau à leur jeu concours : un séjour en gîte ! Et notre choix s’est porté sur le charmant village de Pouzols et de ses alentours.

A la découverte de Pouzols et de sa région

Au clos de la Colombe, pour prendre du repos et faire de la randonnée

Presque un an, c’est le temps qui nous aura été nécessaire afin de nous décider où aller pour utiliser notre cadeau. L’été était passé, puis l’automne et l’hiver ont enchaîné, ce qui fait que nous étions moins motivés à bouger (nous sommes une espèce qui tend à la léthargie lors des froides journées 😉 !) et voilà que rapidement les beaux jours pointaient le bout de leur nez ! Oui, car même si cet article à tardé à voir le jour, ce week-end a eu lieu fin mai (un jour nous serons mieux organisés pour la publications de nos aventures!).
On doit avouer qu’il nous a été compliqué également de nous décider quel gîte choisir car, le bon cadeau, nous donnait accès aux locations disponibles sur le site Gîte de France Hérault. Et il faut dire que plusieurs logements nous ont fait de l’œil.

Jardin clos de la Colombe
Gîte le Clos de la Colombe à Pouzols

Finalement, c’est le Clos de la Colombe à Pouzols qui remporta notre adhésion. La vue de la salle à manger dans l’ancienne bergerie, le beau jardin tout en longueur et la décoration nous ont séduit. Et c’est comme ça que nous débarquions un vendredi soir de mai pour y passer le week-end. Même si la chambre avec les flamants roses nous a attiré, c’est dans la chambre « Côté Jardin » que nous avons logé.

Dressons le décors : une magnifique ancienne maison de maître de village parfaitement restaurée et décorée avec goût. Un vrai petit cocon. Un grand jardin s’étendait face à la maison, avec une imposante piscine (pas la bonne saison pour en profiter malheureusement !). Petit plus : notre compagnonne canidée était autorisée ! Il est parfois difficile que nos amis à quatre pattes soient acceptés (attention cependant, si vous ne restez qu’une nuit, un supplément peut vous être compté) mais les propriétaires sont eux-mêmes des amoureux des animaux. Vous croiserez certainement leurs amis chats et chiens.

Chambre côté jardin clos de la colombe
Notre repaire le temps du séjour

Le couple qui gère les lieux sont très gentils et accueillants et vous reçoivent avec gentillesse et bonhomie. En discutant avec eux, nous avons appris que ce projet était né suite à une reconversion professionnelle il y a une paire d’années. Ce projet était pour eux une nouvelle façon de vivre leur vie et d’en profiter pleinement. Nous pouvons dire que c’est plutôt une belle réussite.

Sur le chemin de la randonnée des quatre églises

Après la première nuit, pour bien commencer la journée, nous nous sommes délectés du délicieux petit-déjeuners proposés dans la formule. De quoi prendre des forces pour la journée qui s’annonçait !
Car, maintenant que l’on commence un peu à se connaître, vous vous doutez bien que nous ne sommes pas du genre à nous la couler douce dans un transat ! (sauf au Beer Loves Fest :D). Le week-end avait été planifié à l’avance et une belle (et longue) randonnée nous attendait. Au programme, 12 km de marche à travers la campagne et 4 villages environnants : Saint-Bauzille-de-la-Sylve, Le Pouget, Pouzols, Popian.

Cette randonnée s’appelle « Les quatre églises ». Nous l’avons découverte dans le livre Les 30 plus beaux sentiers Chamina d’Hérault. Et, foi de Stéph qui a quand même pas mal fait traîner ses chaussures de rando sur de nombreux sentiers, c’est pour lui l’un de ses sentiers coups de cœur ! On peut vous assurer que la balade vaut le détour. Elle peut même être directement qualifiée d’oenorando tant on traverse ou on borde les vignes. Le paysage est bucolique tout du long et très paisible. On a même pas l’impression de se situer à moins d’une heure de route de Montpellier.

paysage Pouzols
Vue depuis les hauteurs de Pouzols

Fait du hasard, le départ de la randonnée se faisait au pied du Clos de la Colombe ! (bon, la rue jouxtant la nôtre mais on ne va pas chipoter sur les détails 😉 ni non plus sur le fait que le départ se fait depuis un autre village mais comme il s’agit d’une boucle, au final on retombe sur nos pattes !).
Le ventre solidement rempli, nous étions prêts à nous engager sur cette randonnée ! Et comme souvent avec nous, ça démarre par un léger doute sur la route à prendre (on est comme ça).

Balise de randonnée
Pas compliqué pourtant de suivre les marquages 😉

Après quelques centaines de mètres parcourus, nous avons laissé le village de Pouzols derrière nous pour pénétrer la garrigue et les vignes. Une magnifique vue s’offre à nous sur cette partie de l’Hérault, avec les collines de Saint-Saturnin-de-Lucian en horizon. Nous avançons entre vignes, genêts en fleurs et garrigue.

randonnée à Pouzols
Stéph et Jojo en contemplation
Fleur de genêt
Le fleur de genêt, presque un fragile oiseau

Au détour d’un tournant de sentier, nous apercevons le premier village de la randonnée : Popian. Celui-ci nous apparaît lové entre des collinettes. De là où nous arrivons, nous avons un peu la sensation que le village veut se cacher, se fondre parmi le décors de vignes et de genêts. Un petit village typique de la région mais dont le château ne vous laissera certainement pas indifférent !

Vue du village de Popian
Vue du village de Popian
Château Popian

Après avoir traversé le petit pont de pierres qui y mène, on pénètre dans sa cour. Ce qui frappe c’est principalement l’énorme pin parasol qui s’impose majestueusement. Son envergure a de quoi quasiment ombrager la moitié de la cour. Un arbre majestueux qui force le respect et qui a certainement dû être témoin de nombreuses choses depuis sa plantation.

Parc Château Popian

Nous ne nous éternisons pas, nous reprenons la route en direction du prochain arrêt : le village de Saint-Bauzille-de-la-Sylve. La route est majoritairement plate et offre une vue dégagée sur la plaine et ses horizons. Quelques micro-gouttes commencent à se faire sentir mais finalement le temps tend à se maintenir (encore une bonne paire de kilomètres à faire, et sous la pluie, ce n’est pas ce qu’il y a de plus joyeux !).

La route finit par gagner un peu les hauteurs, mais toujours rien d’insurmontable. Cela permet d’avoir un autre point de vue.

A la découverte du Dolmen du Pouget

La randonnée se poursuit toujours à travers la garrigue avant de finalement déboucher sur le troisième village qui est celui du Pouget.
Ce village est de plus grande importance que les trois précédents. Mais comme nos pieds commençaient à se faire sentir, nous n’avons pas été assez courageux pour l’explorer de fond en comble. Nous en garderons surtout comme souvenir mémorable celui de l’imposante église.

Eglise du village Le Pouget
Badass

A ce moment-là, le guide randonnée offre la possibilité de visiter un dolmen à l’extérieur du Pouget. Il s’agit d’un aller-retour d’une distance de 4 km. Ce que nous ne savions pas, c’est que ce détour n’est en réalité pas compté dans les 12 km de base ! Et sans le savoir, c’est ainsi que nous avons augmenté notre randonnée de quelques kilomètres (c’est à la fin de la journée que nous l’avons plus senti surtout 😉 ).

Panneau dolmen le Pouget
Suivez le panneau !

Et à cela s’ajouta un ciel de plus en plus menaçant. Si nous avions réussi à échapper à la pluie, là le temps commençait à se gâter sérieusement pour se noircir et devenir de plus en plus orageux. Des éclairs zébraient même ciel ! Quelques gouttes se font aussi sentir mais étant engagés, il n’était pas envisageable de rebrousser chemin.

Chien berger australien dans la garrigue
Jojo est contente de se balader, même sous la pluie 🙂

Nous pressons le pas à travers la garrigue (même plus le temps de prendre des photos) pour finir par y arriver. Là où nous pensions trouver des pierres à la verticale, il n’en est rien. Une étroite tranchée conduit à une petite porte voûtée qui débouche sur une simple salle aux murs de pierres empilées où d’imposantes dalles font office de plafond.

Au final, nous n’avons pas pris le temps de nous imprégner de ce site historique (le dolmen du Pouget est réputé pour être l’un des plus grands monuments funéraires préhistorique de la région), de visiter l’intérieur, que déjà on repart car le ciel continue de tonner et de se montrer menaçant.
Le retour se fit par le même chemin. Finalement, à part deux ou trois grosses gouttes sur la figure, rien de plus. C’est un peu agaçant car nous aurions pu prendre plus notre temps. Mais c’est comme ça, on ne peut jamais trop prévoir ! Cela veut dire qu’on y retournera 😉
Il faut savoir aussi que ce dolmen est sur un lieu privé et que les propriétaires laissent le libre accès gentiment donc pensez à préserver et à respecter le lieu 😉

Des petits détours avant le retour au Clos de la Colombe

Nous voilà de retour au Pouget, que nous traversons par une autre route. On commença à s’avancer sur la colline opposée, ce qui nous offrit une magnifique vue sur le village. Un angle des plus charmants !

Vue du village Le Pouget

Et là, voilà que le chemin que nous empruntions ne semblait pas être celui d’un chemin de randonnée… Nous crapahutons, passons sous les arbres, sautons des troncs tombés au sol pendant un bon moment avant de se dire qu’il y avait quelque chose qui clochait. Pourtant cela correspondait au tracé du livre. Ne nous en voyant pas nous en sortir, nous finissons par faire demi-tour. L’explication se fit plus claire : entre la publication du livre (il y a dix ans) et notre randonnée, la commune avait décidé de déplacer le sentier de randonnée. Au lieu de longer la colline par le bas, à présent il fallait la monter. Cela revenait à suivre en parallèle le chemin d’origine.

Retour dans la garrigue et guidés par les balises ! de là nous retrouvons une vue dégagée sur la plaine, ses vignes et les collines en horizon. Pouzol se rapproche à chaque pas !

Enfin, c’est ce que nous croyions au départ !

paysage hérault

Et nous voilà quasiment perdus sur le chemin. La batterie du téléphone qui nous lâcha, donc plus de traceur GPS ni aucun moyen de savoir si nous empruntons la bonne direction (pas de balises repérables à l’horizon). Au final le sens aiguisé de déduction de Stéph lui indiqua que nous partions dans la mauvaise direction. Demi-tour sur nos pas pour finalement remarquer le marquage que nous avions raté. Cela veut dire qu’on aurait encore pu tourner en bourrique un bon moment…

Car au final, une fois revenus au gîte, nous découvrons que nous n’avons pas fait 12 km mais 16 en tout ! Nous avons accueilli la douche et le lit douillet avec délectation.
Finalement nous n’avons pas goûté au repos bien longtemps puisque la propriétaire des lieux nous invita rapidement à passer à table. Selon la période, il est possible aussi de manger sur place. Une cuisine sans chichis, comme à la maison, roborative et réconfortante.

Repas au clos de la colombe à Pouzols
A table !

Nous avons apprécié cette randonnée aussi pour le fait de traverser ces villages qui sont d’authentiques villages de la région. Pour l’instant ils sont encore assez préservés des constructions modernes, même si l’urbanisation rôde.

C’est une randonnée accessible à beaucoup de personnes. La seule difficulté réside au final dans la distance (pensez à prendre à manger avec vous, pas comme nous 😉 ). Une bonne paire de basket peuvent être suffisantes. Il y a un peu de montées mais cela ne représente pas un dénivelé énorme. Le gros de marche se fait sur du plat.

Un peu de respect pour préserver notre environnement

Nous devons tout de même souligner un point qui nous a particulièrement agacé : la négligence des gens ! Ce que nous aimons dans les randonnées, c’est de pouvoir profiter pleinement de la nature et du meilleur que nous offre la Terre et il n’y a rien de plus révoltant que de constater que certains de nos congénères ne sont pas capables de respecter les lieux !!!
TOUT au long de notre marche nous avons passé notre temps à ramasser mégots et paquets de cigarettes, bouteilles en plastique, canettes en aluminium, emballages de bonbons, déchets divers et variés. C’est INSUPPORTABLE !!! Comment peut-on être aussi dégueulasse ! Et encore, le mot est faible. Ce n’est quand même pas compliqué de mettre ses déchets dans son sac et de les jeter chez soi ou dans une poubelle. A l’heure actuelle, où on fonce droit dans le mur, il n’est absolument pas acceptable ni tolérables de tels agissements.
Plutôt que de pester devant le comportement de ces personnes, nous ramassons car il n’est pas envisageable de laisser ces détritus dans la nature. Ce n’est pas par plaisir mais si personne ne fait rien, rien ne sera fait. Nous faisons notre part, comme dirait le petit colibri de l’histoire de Pierre Rabhi. A chacun de faire la sienne.
Nous ne sommes que de passage, rien ne nous appartient ici bas alors essayons de respecter au maximum ce que nous avons. C’est une chance inouïe que d’avoir un si beau lieu de vie alors préservons-le.

nettoyage des sentiers en hérault
Pas contente !

Quand le vin côtoie les anges…

Après ce petit coup de gueule, passons à la dernière partie de notre article.
Vous pensiez que nous oublierons de parler de notre découverte spiritueuse ?! Que nenni !
Quand nous vous disions que tout s’est bien goupillé lors de notre randonnée, cela incluait même notre visite chez un vigneron ! Car le domaine où nous avions prévu de nous arrêter était sur le tracé de notre balade, à a peine 200 mètres des chambres d’hôtes ! Plutôt pratique pour terminer en beauté. Direction donc Le Bois des Anges, vin que nous ne connaissions pas et dont on voulait en faire la découverte.
Ne soyez pas surpris devant l’adresse à laquelle votre GPS vous conduira. En effet, ce domaine viticole se situe au milieu des habitations. En fait, le propriétaire a bâti son chais sur son jardin. Il s’agit de Jean-Yves Donnadieu qui est aux commandes de l’exploitation. Ce vigneron l’est à temps partiel puisqu’il est également professeur d’EPS. Ce passionné travaille ses vignes qui sont réparties tout autour du village de Pouzols. Bien que le label bio ne soit pas apposé sur ses étiquettes, il revendique un travail le plus respectueux de la nature possible.
Ne vous attendez pas à une grosse production, Jean-Yves comptabilise en tout moins d’une dizaine d’hectares. Il propose une gamme de vins composée de rosé, blancs et rouges.
Notre choix s’est porté sur sa cuvée spéciale réalisée il y a peu lors du déménagement d’un chais à un autre. Donc une cuvée unique qui n’est pas prête de revoir le jour (pas parce qu’elle est ratée, mais à cause de ses circonstances de fabrication). Si vous avez la possibilité de la découvrir, faites-le !

Vin rouge Le bois des anges
  • Un Ange Passe, 13%. Cépages : syrah, cabernet sauvignon & grenache. Vin de France.

Jean-Yves nous avait prévenu que cette cuvée était spéciale. Et nous pouvons dire qu’elle l’est ! Mais dans le bon sens du terme.
Le nez est très expressif, la robe offre un joli rubis-pourpre.
En bouche c’est une explosion de saveurs. Le goût dénote de ce que l’on peut avoir pour habitude de boire en région, c’est surprenant mais délicieusement surprenant !
un vin bien équilibré qui accompagnera avec plaisir vos viandes et fromages.

Pour les montpelliérains, si vous souhaitez le tester, sachez que le producteur vient régulièrement au Trinque Fougasse Sud.

Et si vous vous posiez la question quant à la provenance du nom du domaine, sachez qu’il est tiré d’un bosquet situé au cœur du vignoble. Cet endroit est aussi le lieu de jeux privilégié de ses trois enfants.

Merci aussi au Vincoeur et à l’Hérault qui nous ont permis de profiter de ce beau séjour ! N’hésitez pas à aller découvrir cette partie de l’Hérault qui est très dépaysante.

A bientôt !

Occitanisement vôtre !

Pour aller plus loin :
Domaine Le Bois des Anges
Gîte le Clos de la Colombe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *